Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/07/2014

Lectures de vacances : les livres à emporter partout

L'été est une période favorable à la lecture, que cela soit dans l'avion, à la plage, au lit ou sur les bancs d'un parc public. Les conseils fleurissent dans les magazines, alors permettez-moi de vous faire part, moi aussi, de mon TOP 3, adaptable à diverses circonstances.

>>> Pour ceux qui partent en avion ou sac au dos : Le Vicomte pourfendu d'Italo CALVINO (Einaudi, 1952)

94 grammes seulement et 140 pages, en Livre de poche, qui garantissent pourtant des heures et des heures de lecture tant on peut le lire, le relire et le relire encore. Médard de Terralba, chevalier gênois, est coupé en deux par un boulet de canon lors d'une bataille sanglante contre les Turcs. Ses deux moitiés séparées continuent leur vie chacune de son côté. Calvino livre ici un conte philosophique d'une grande force, dont l'humour flamboyant vous fera passer des moments de pure jubilation.

Extrait : "Elle voyait le visage du vicomte penchée sur elle, un profil qui restait profil même vu de face et une demi-rangée de dents qui découvrait un sourire en ciseaux."

VICOMTE.jpg

>>> Pour ceux qui vont naviguer : Le Seigneur du fleuve de Bernard Clavel (Robert Laffont 1972)

Clavel nous raconte l'histoire d'un batelier, au milieu du 19ème siècle, au moment où la vapeur vient tout à la fois concurrencer le travail et malmener les voies d'eau. Le livre est un hommage à la lutte des hommes contre les éléments (les crues, la sécheresse, la force de l'eau) et à la beauté du fleuve, considéré dans le roman comme un personnage à part entière. L'histoire terrible de Phillibert tient en haleine, et la magnifique écriture de Bernard Clavel fera voyager même ceux qui resteront immobiles.

Extraits : plusieurs extraits qui parlent du vent, autre personnage du roman, à divers endroits du texte.

"Le vent courait sur la bâche, tombait devant la portière et poussait des remous jusque sur les couchettes."

"A Beaucaire, il s'infiltrait partout. Il raclait les toits, miaulait dans les greniers, jurait en provençal en passant par les lucarnes trop étroites. (…) Le vol triangulaire des oies et des canards hésitait dans le ciel fou. A quoi bon filer vers le sud si le sud venait là ?"

"Il varlopait le fleuve à contre-fil, soulevant sans les arracher des milliers de copeaux d'argent."

CLAVEL.jpg

>>> Pour ceux qui partent en voiture : Bouvard et Pécuchet, roman inachevé de Gustave Flaubert, parution posthume en 1881.

Je dis "en voiture" car cet aimable pavé, 569 pages en Livre de poche, prend une certaine place dans les bagages. Pas d'affolement cependant devant l'épaisseur : dans l'édition ci-dessous, les 100 dernières pages sont constituées par le réjouissant Dictionnaire des idées reçues, qu'on lit en picorant ici ou là, à la demande, en en faisant profiter le voisinage, et 80 pages par la préface puis un dossier fouillé de notes diverses. Restent donc plus ou moins 350 pages représentant le roman proprement dit.

BOUVARD2.jpg

Au départ, Flaubert voulait intituler ce roman "Encyclopédie de la bêtise humaine"… Bouvard et Pécuchet veulent tout connaître, tout expérimenter. Mais hélas, par manque de méthode et de sens critique, ce légitime désir de savoir ne les conduit qu'à l'échec. Flaubert écrit là une farce paradoxalement hilarante et sinistre, et sa subtile ironie attend les personnages à chaque tournant de leurs ridicules et parfois cruelles expérimentations. 

Extraits

"Tout à coup, avec un bruit d'obus, l'alambic éclata en vingt morceaux qui bondirent jusqu'au plafond, crevant les marmites, aplatissant les écumoires, fracassant les verres; le charbon s'éparpilla, le fourneau fut démoli - et le lendemain, Germaine retrouva une spatule dans la cour."

"Néanmoins, ils éprouvaient une sorte d'humiliation à l'idée que leur individu contenait du phosphore comme les allumettes, de l'albumine comme les blancs d'oeufs, du gaz hydrogène comme les réverbères."

 

>>> Enfin, en sus de ce TOP 3 littéraire, voyageur et tout à fait personnel, un livre pour ceux qui aiment les romans épistolaires : La Bonne Distance !

chambrot,la bonne distance,calvino,vicomte pourfendu,clavel,seigneur du fleuve,flaubert,bouvard et pécuchet

Bon mois de juillet à tous et bonnes lectures !

 

10/07/2014

Vitrine et chocolat

Imaginez un auteur (moi par exemple) dont les livres ne font l'objet d'aucune critique dans la presse, qui n'est pas vu à la télé dans les émissions "prescriptrices" comme La Grande Librairie et qui est édité chez de petits éditeurs indépendants, très actifs, mais qui ne peuvent rivaliser avec la puissance de feu de Gallimard, Seuil et autres majors. Alors comment se faire connaître ? Avoir une visibilité est indispensable, c'est pourquoi je remercie chaleureusement la Librairie DIDIER, rue Gambetta à Nancy, qui a eu la gentillesse de mettre La  Bonne Distance bien en vue dans sa vitrine !

BD-VITRINE-GP.JPG

Ne croyez pas que je geigne, que je me plaigne lorsque j'évoque les difficultés des auteurs inconnus : je veux simplement expliquer comment cela se passe, et surtout remercier tous ceux qui apportent leur indispensable soutien.

Rien à voir, mais les Editions en Volume ont eu la bonne idée de me faire remplir le questionnaire de Pivot, celui qu'il proposait en fin d'émission à ses invités du temps béni de "Apostrophes". Vous y verrez que j'aime le chocolat à l'absinthe, sans modération.

CHOCO.JPG

Mais outre la provocation réjouissante d'un émerveillement papillaire, ce chocolat possède une vertu tout aussi importante à mes yeux  : un nom majestueux, à la fois mystérieux et sonore, aussi évocateur qu'élégant : Larmes d'absinthe du Val-deTravers. Le Val de Travers… rien que le nom me donne envie d'aller m'y promener immédiatement, et vous ?

29/05/2014

De la première phrase au rayon de la librairie

Ecrire, c'est un parcours du combattant. Entre l'idée qui se dessine et la première phrase jaillissant de la trépidation impatiente des doigts sur le clavier, se déroule toute la période de recherche documentaire, du carnet de notes où tout arrive en vrac, des heures passées sur internet ou dans d'autres livres, dont la pile se verticalise de jour en jour.

LIVRES-HORIZ1.JPG

Ensuite, de la première phrase (jaillissant etc) à la dernière, aussi importantes l'une que l'autre, des mois et des mois de réclusion volontaire. Après cela, laisser reposer, lire et relire encore, retailler ici et là, traquer les fautes, les coquilles, les lourdeurs, les répétitions. Puis laisser reposer. Relire. Encore et encore. Puis vient le temps de la recherche d'un éditeur, des dizaines de courriers portant espérance, de longs mois d'attente déraisonnable traversée par le doute. Si tout va bien, un éditeur téléphone son oui, on exulte. Viennent alors les ultimes relectures et la fabrication. A ce stade-là, on se souvient à peine du commencement des choses. Enfin, le livre sort.

CouvLaBonneDistance-300x300_1.jpg

Et c'est là… que les vraies difficultés commencent.

Sauf à être un mastodonte de l'édition, propulsant ses nouveautés par cartons entiers au moyen d'un diffuseur, figurer en librairie représente pour l'éditeur un travail titanesque : du porte-à-porte avec une valise pleine de livres. Et environ 3 000 librairies en France. Une mission impossible. Un travail de fourmi qui prend du temps, beaucoup de temps. Le raz-de-marée n'est pas en vue, pas même l'inondation, ni l'averse, juste quelques gouttes ici et là.

Il faut saluer l'engagement des éditeurs indépendants, patients et obstinés, et celui des libraires indépendants qui les accueillent.

En Lorraine, on peut trouver La Bonne Distance chez 4 libraires que je remercie chaleureusement :

NANCY       : Librairie DIDIER et librairie L'AUTRE RIVE

METZ          : Librairie HISLER EVEN

LUNEVILLE : Librairie QUANTIN

21/05/2014

La Bonne Distance n'attend plus que vous

Les méandres de la recherche d'éditeur étant impénétrables, voici que, dix mois à peine après la sortie du Noeud de pomme - écrit en 2009 et paru en juillet 2013 - paraît La Bonne Distance, écrite en 2010… La patience serait donc bien une des vertus cardinales de l'auteur, avec l'obstination et la résistance au doute…

CouvLaBonneDistance-300x300_1.jpg

Tentons un petit pitch : une lectrice essaie d'entrer en contact avec un auteur majeur de la littérature contemporaine qu'elle admire avec une ferveur adolescente : plus "fan" que simple lectrice assidue. Seuls l'humour et la sincérité sauvent la narratrice du ridicule, mais après tout les diverses manifestations de l'amour ne sont-elles pas toujours un peu - naïvement et tendrement - ridicules ?

Conçu à la façon du "portrait avec attribut" en peinture, le roman dessine en creux les contours de l'écrivain - bien réel - et sème les indices nécessaires au dévoilement son identité … jusqu'à ce qu'il soit clairement nommé.

Titien.jpg

Portait avec attribut : L'Homme au gant, Le Titien

Vraie/fausse correspondance (ou l'inverse), La Bonne Distance tricote les faits biographiques et la jouissive fiction, assumant clairement de participer au  débat sur le vrai/faux en littérature, ce qui m'amène à terminer avec une citation de Jean Echenoz : " Il dévida tout un écheveau d'explications ou d'arguments d'où il était impossible de démêler le vrai du faux, en supposant ces catégories susceptibles à elles seules de partager strictement son discours en deux, sans qu'il subsiste un reste." Le Méridien de Greenwich, Editions de Minuit

 

 La Bonne Distance, Editions en Volume, Paris, 2014

 

09/04/2014

Sortie de mon deuxième roman !

Sortie annoncée pour la fin du mois de mon deuxième roman, qui s'intitule La Bonne Distance, aux éditions Envolume à Paris ! J'espère qu'il ne décevra pas les lecteurs du Noeud de pomme et qu'il saura en conquérir de nouveaux ! Plus d'infos (résumé, date de sortie, points de vente etc) très bientôt dans ces pages.

CouvLaBonneDistance-300x300.jpg

Une bonne nouvelle ne venant jamais seule, je figure parmi les huit lauréats d'un concours de nouvelles organisé par les Editions L'Iroli avec un texte intitulé Au centimètre près. Il s'agissait d'écrire une nouvelle sur le thème imposé "au fil de l'eau", avec la contrainte supplémentaire qu'elle renferme 575 mots, un vrai plaisir d'écriture pour moi qui aime la batellerie et les textes courts !

Ces huit lauréats verront prochainement leurs textes édités dans un recueil collectif ainsi que sur le site de l'éditeur. Parmi ces huit personnes, trois recevront un prix, qui sera remis le 14 juin au Marché de la Poésie à Paris : c'est donc une affaire à suivre !

Liste des lauréats