Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/12/2014

Attendre jusqu'au 7 janvier

Houellebecq n'avait rien écrit depuis "La Carte et le territoire", qui avait eu le prix Goncourt en 2010. Voilà déjà une bonne raison pour attendre avec impatience la sortie de "Soumission" le 7 janvier prochain. 

soumission.jpg

 Le roman n'est pas encore en librairie qu'il fait déjà polémique puisque le sujet a fuité : le livre parle de l'islam, Houellebecq mettant en scène une future élection présidentielle où le parti imaginaire de la Fraternité musulmane l'emporterait au 2ème tour. Les journalistes, enfin certains journalistes, et les internautes, enfin certains internautes, adorant se ruer sur Houellebecq pour polémiquer sans fin, les commentaires les plus inutiles circulent déjà.

Il est donc urgent de lire l'excellent article de Nathalie Crom dans Télérama qui donne trois bonnes raisons de lire "Soumission". La première est que ce n'est pas "le brûlot anti-islam que commentent et éreintent, sans l'avoir lu, de nombreux internautes". La seconde, c'est que Houellebecq, qu'on l'aime ou non, est un observateur impitoyable de la société occidentale, de "ses inquiétudes et ses impasses" et dont il devine, pressent, imagine avec acuité les devenirs possibles. Enfin, Houellebecq est en France l'un des écrivains majeurs contemporains et, selon Emmanuel Carrère, "il occupe la place laissée vacante par Sartre".

Lire l'article de Télérama

Beaucoup de gens détestent Houellebecq sans jamais l'avoir lu, à cause de son allure de pauvre type lessivé et de son image de provocateur compulsif. C'est ainsi que l'on passe à côté de son intelligence rare et de sa grande culture. Des lecteurs de "La Bonne distance", qui n'aimaient guère Houellebecq au départ, sont venus me voir pour me dire que le livre avait changé leur vision du personnage et leur avait donné envie de se plonger dans son oeuvre, au moins pour se faire une idée personnelle. Ces retours me réjouissent ! En conclusion, si vous n'aimez pas Houellebecq et redoutez de lire "Soumission" tout en vous désolant du risque de passer à côté d'un auteur majeur, alors lisez  "La Bonne distance" avant et laissez-vous contaminer !

CouvLaBonneDistance-300x300_1.jpg

 

20/12/2014

Les Noces incertaines

Lorsque je choisis un livre, je procède toujours plus ou moins de la même manière: je passe ma main sur le papier, je lis le titre, jette un oeil sur la quatrième de couverture puis lis une ou deux pages au hasard. Si ça me plaît à toutes les étapes, je prends.

Avec Les Noces intertaines d'Isabelle Flaten, le plaisir est partout : le beau papier caressant la main qui l'effleure, le titre poétique, la quatrième de couverture qui évite tout racolage, et les peintures de Jean-Luc Brignola que l'on découvre ici ou là, parfois au milieu. On découvre aussi les belles Editions du Réalgar.

flaten.jpg

Mais surtout, il y a le texte maintenant lu, depuis son début jusqu'à sa fin, sans lâcher, sans respirer parfois, tellement il sonne à l'estomac. Une histoire douce-amère, l'amour encore possible, peut-être, malgré l'âge qui vient et le non-dit qui obscurcit. Une observation sans concession des rapports amoureux et surtout des silences qui les émaillent.

"Mais peut-être est-ce par frousse qu'ils évitent de faire des phrases, ou encore par débine parce qu'ils le savent, il y a des risques, les mots sont sournois, dissimulés les uns derrière les autres, capables sur un coup de tête ou sur un coup de coeur de jaillir bien trop loin ou bien trop fort dans un propos intrépide, irrattrapable parfois, dont l'empreinte scelle à jamais une relation pour le meilleur ou le pire."

Oui, une langue magnifique, que je ne peux vous faire partager qu'en citant des passages du livre d'Isabelle Flaten, mes mots peinant par trop à parler des siens.

"Mais le mensonge est une saison morose où tout se referme, les flétrissures dans leur coquille et les paupières sur la laideur des choses."

Merci Isabelle, le voyage était merveilleux.

02/12/2014

Décembre à paillettes

Le mois de décembre commence avec une luminosité minimale, il fait à peine jour et le crépuscule s'installe dès 15 heures. Pourtant, ça brille pour moi, et je ne parle pas des décorations de Noël.

Samedi prochain, le 6 décembre, je suis invitée à participer à la 67ème Journée des Dédicaces organisée par Sciences Po Paris. Les places y sont chères et je ne sais pas à quelle bonne fée je dois ce miracle, mais j'y serai ! Avec pour compagnons d'un après-midi Eric Reinhardt, Frédéric Beigbeder et David Foenkinos…

67journee.jpg

Page FB de la journée ici.

13h à 17h30 - 27 rue Saint-Guillaume Paris 6ème -  Entrée libre

 

Après une courte nuit de sommeil, je filerai à Lunéville le dimanche matin, pour participer à la 8ème édition de Lunélivre

lunelivre.jpg

Page FB de la manifestation ici.

10h à 18h - Salon des Halles à Lunéville (54) - Entrée libre

 

Amis parisiens, lunévillois, ou voyageurs de passage, je vous attends !

16/11/2014

Atelier d'écriture le 22 novembre

Nouvelle séance des Scriptomanes le 22 novembre à la Galerie KD à Nancy. Les nouveaux comme les visages familiers sont les bienvenus, ce qui veut dire en creux qu'il n'y a pas besoin d'expérience : tout le monde peut travailler ensemble, en s'emparant des consignes ludiques que je propose.

KD-TERRASSE.JPG

Galerie KD - 62 rue Charles III - Nancy

L'occasion peut-être de rappeler ce que les ateliers ne sont pas : des endroits où l'on parlerait de grammaire, d'orthographe ou de rédaction à faire comme à l'école. Pas non plus de la calligraphie, parfois les gens confondent.

Non, rien de tout cela, mais un endroit convivial, où chacun peut découvrir ou développer son plaisir d'écrire, une écriture personnelle, intuitive, qui surgit mine de rien au détour des propositions qui sont faites. 

GP-ECRITURE.JPG

C'est aussi un endroit où, en écrivant, on passe du statut de consommateur à producteur : un nouveau point de vue, une nouvelle place.

Que dire d'autre ? Un endroit où l'on s'amuse ensemble, un endroit où pour la première fois nos textes rencontrent un public, toujours bienveillant, un endroit où l'on retrouve les chemins de la lecture…

Infos :

Samedi 22 novembre 2014 de 10h à 13h

Inscriptions par email en haut de la page

 

02/11/2014

Découverte du dimanche

Un coup de coeur à vous faire partager : le dernier numéro du "1" - nouvel hebdomadaire que l'on doit à Eric Fottorino et Laurent Greilsamer - qui est consacré à la langue française :

le-un.jpg

A l'intérieur, Nancy Huston nous botte les fesses, Rilke nous enchante, Pourriol nous fait rire, Hervé Le Tellier oulipise…

Mais les autres numéros sont tout aussi intéressants : chaque semaine, une question d'actualité, traitée en long et en large, et surtout en travers, par des personnalités d'horizons différents. Le but, selon ses fondateurs, est de laisser le lecteur se forger sa propre opinion et de proposer une réponse à la vitesse qui égare et fait perdre connaissance. Oui, cessons de perdre connaissance avec les infos pré-mâchées des journaux télévisés et cherchons des espaces de réflexion alternatifs.

edito-un.jpg

Un format agréable, un papier qui évite le glaçage, et la première surprise du "comment déplier" : déplier, c'est ouvrir nous dit l'édito. Alors ouvrons !